A Bamako, le ramadan rime avec paix et solidarité, mais aussi avec « mauvaise humeur »!

Dabanani, marché rose de Bamako, Crédit Photo: Georges Attino,

Sharing is caring!

Le mois de ramadan est un moment sacré très attendu par les musulmans. Ce rituel, qui a lieu chaque année pendant un mois est l’occasion pour les musulmans de se faire pardonner leurs péchés et de formuler des vœux. Cette année, le ramadan, qui est prévu pour le samedi 27 mai, fait objet de débats à Bamako.

Le ramadan est là…
Le ramadan est toujours attendu avec un grand enthousiasme par les musulmans car c’est un mois béni, un mois de pardon, de tolérance, de partage et surtout c’est le mois où on cherche refuge auprès de Dieu. Mais le ramadan c’est aussi le mois du jeûne. Le jeûne qui est une preuve de don de soi, supporter la faim et la soif n’est pas une épreuve facile pour les fidèles. Surtout lorsque le ramadan coïncide avec une période de forte chaleur. A Bamako, la chaleur entraîne un phénomène particulier chez certaines personnes : la mauvaise humeur  ! Ce à quoi il faut ajouter le jeûne… Dès la veille du ramadan, d’aucuns commencent à s’inventer des maladies comme par exemple l’ulcère (appelé « Fouroudimi » en bambara) pour excuser leur peur du rituel. Pour d’autres, le début du ramadan suscite de l’engouement, ceux-là commencent très bien puis, au bout d’une semaine, tombent soudainement malades, d’une maladie inconnue d’après ce qu’ils disent ! (Rires). D’autres encore, jeûnent devant les gens, mais, quand il commence à faire chaud, n’hésitent à avaler une gorgée d’eau dès qu’ils sont seuls ; et ils continuent malgré tout de faire croire qu’ils sont à jeun.

J’ai faim, j’ai soif
Le comble est à observer dans la circulation à l’heure où les gens se rendent au bureau : c’est bonjour embouteillage avec toute sorte d’altercations entre les usagers de la circulation, et retard au bureau systématique. Tout cela du à l’effet de la faim et de la soif… Parfois, un simple compliment à l’endroit d’une personne peut prendre une mauvaise tournure.  A 13h on regarde sa montre et on se dit que la journée passe vite car il est déjà l’heure de prier. A 15h30, les bouches commencent à sécher sérieusement, on commence à être déshydraté, c’est en général à ce moment-là que l’on se dit que l’heure n’avance pas du tout… Sur le trajet de retour du bureau, chacun se précipite pour rentrer chez soi en achetant tout ce qu’il voit de délicieux sur le chemin, en se disant : « après la rupture je vais te manger ! » Une fois à la maison, on essaie de dormir avant la rupture du jeûne, mais impossible : la faim et la soif sont là pour nous tenir compagnie. A 18h30, on s’assoit à côté de mets préparés pour l’occasion et on regarde l’heure toutes les secondes en espérant que le moment de la rupture arrive. Enfin, à l’appel du muezzin, plus question d’attendre, on prend d’assaut tout ce qu’il y a à manger jusqu’à avoir de la peine à faire la prière du crépuscule.

Voici un aperçu des tracasseries du ramadan ! Mais en dehors de ces petits détails, qui font aussi la magie du ramadan, c’est un mois important, où les fidèles musulmans réitèrent leur foi envers Dieu. Le mois de ramadan est un moment de paix et de solidarité, qui se termine avec une fête, pour clôturer en beauté.

 

 

 

Sharing is caring!

10 Commentaires

  1. Merci. Souvent beaucoup de journaliste passe à côté de ces sujets qui, pourtant, font partis du quotidien de bon nombre de nos compatriotes. Surtout en cette période de ramadan qui coïncide avec la fin de la saison chaude et le début de l’hivernage. En tout cas, merci et bonne continuation.

  2. Superbe article,
    Sadya tu m’as fait voyager
    Je comprend mieux l’attitude de me frères pendant le mois de jeûne.
    Il faut reconnaître que c’est pas chose aisée de passer une journée de travail sans manger, dans la chaleur !
    Une question: pourquoi il est interdit de se désaltérer?

    1. C’est exact on ne doit ni manger ni boire. A l’aube on mange et après on rompt le jeun a 19h. C’est pour nous faire comprendre la souffrance des personnes qui meurent de faim ou de soif. C’est pas seulement sz privée de manger mais le jeun envisage beaucoup de choses comme l’interdiction de l’adultère, de dire di mal sur quelqu’un ou de critiquer.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *