Mon voyage à Tombouctou au Mali

Article : Mon voyage à Tombouctou au Mali
15 août 2017

Mon voyage à Tombouctou au Mali

Du 08 au 10 Aout 2017, j’ai effectué une visite dans la cité des 333 saints de Tombouctou au Mali. Etant originaire de Tombouctou, ce voyage m’a permis de me ressourcer, d’apprendre un peu plus sur mon histoire celle des Harmas, de faire des visites historiques et des excursions sur les dunes de sable.

Tombouctou suscite l’intérêt aux quatre coins du monde  c’est une ville qui est réputée pour être mystérieuse car on ne peut jamais tout connaitre sur cette ville même les grands historiens ne connaissent pas toute l’histoire que regorge cette terre, elle est réputée ville savante et de science pour les manuscrits qui datent depuis plusieurs générations.

Elle a aussi une renommée de terre sainte car c’est une terre qui a hébergé beaucoup de saints d’où l’appellation la ville des 333 Saints.

Les portes de Tombouctou.

L’histoire de Tombouctou commence en 1080 lorsque des Touaregs Imaq Charren qui nomadisaient entre les abords d’Arawane, une localité qui se situe à 250Km de Tombouctou et vers le Fleuve Niger. Ils y cherchaient des pâturages. Au cours de leur voyage, ils les arrivaient de se stationner à Amadia (35 km de Tombouctou)  qui était une terre très fertile remplie d’arbres.

Les animaux avaient suffisamment à manger, mais l’endroit n’était pas adaptée à la vie humaine car il  avait beaucoup d’insectes et de moustiques qui empêchaient les hommes d’y rester longtemps. C’est alors qu’ils se sont encore déplacés et leur destination fut Tombouctou.

Ils ont creusés un puits et l’ont confié à une vieille femme qui s’appelait Bouctou et lorsque l’on demandait ces hommes où ils allaient ils répondaient « Nous allons à Tim-Bouctou » qui signifie en Tamashek le puits de Bouctou (le nom de la vieille dame).

Cette femme a refusé de partir malgré les tentatives de ses petits-enfants elle refusa de les suivre sous prétexte que c’est ici sa place et que sa vie c’est désormais de garder le puits et les affaires de ceux qui partaient à la recherche de pâturage. Grâce au refus de cette dame, une grande ville pleine de mystères et d’histoires porta son nom.

Le puits fait maintenant partie des patrimoines culturels de la ville et est jalousement gardé au musée municipal de la ville.

Le Puits de Bouctou.

Quelle place pour la femme après avoir été fondé par une femme…

Le musée municipal de Tombouctou est le lieu où sont conservés les objets anciens de la ville, des objets qui donnent des repères sur l’historique de nos aïeux, sur leur manière de vivre et les différentes ethnies qui se sont succédé.

Dans le musée, une grande partie est réservée aux instruments de musique traditionnels dont le Tamtam appelé ‘’Ndiarka’’ parce qu’à l’époque il n’y avait pas de télévision ni de moyens de distraction et c’était à la femme tombouctienne de faire tout pour garder son mari à la maison et après le diner la femme se mettait à jouer de la musique.

« Je dirais bien nos grands-mères connaissaient bien la valeur de l’homme » commenta Alpha Mahamane, guide touristique à Tombouctou.

Toujours dans le musée, sont exposées les différentes parures qu’utilisent la femme Tombouctienne pour se rendre à des cérémonies et les treize condiments qui font la cuisine Tombouctienne. A la base, l’art culinaire de Tombouctou comprend 12 condiments mais le 13ème n’est autre que le sable car le vent souffle tellement au Nord que l’on retrouve le sable dans toutes les sauces.

Tombouctou est une ville dont l’Histoire ne tarit jamais et dont on ne se lasse de découvrir et de faire découvrir. La suite de l’Histoire des 333 Saints et de l’Architecture Tombouctienne qui d’ailleurs donne une grande place à la femme dans un autre article de blog.

Partagez

Commentaires

MAIGA Ousmane
Répondre

Impeccable comme premier article. Vivement la suite

Assoumaou KANTE
Répondre

Merci pour ce partage. Le 13ème ingrédient .

Assoumaou KANTE
Répondre

Merci pour ce partage. Le 13ème ingrédient Très drôle .

Général cotigui imalast
Répondre

Très riche cher amie Tombouctou est le seul lieu où l'histoire fait naître d'autres histoire.

Diack
Répondre

Si, les dames tombouctiennes sont comme leurs grands parents, j'hesisterai pas à me chercher une femme là bas. To be continued

Souleymane TRAORE
Répondre

Article intéressant!!!On attend la suite

Stella Attiogbe
Répondre

Histoire très enrichissante ! Merci.

Compas Patrick
Répondre

Salam Sadya Touré
Ani Sogoma I ka kéné ?
I somogho bédi ?
faritiocoyabédi ?
félicitations pour vos articles
si on se croise mon surnom au Mali c'est Djougouni (hérisson en bambara)
Ini tché Kambé.

Amine
Répondre

Bonjour,
Comment peut-on se rendre à Tombouctou depuis Gao ou Bamako ? Est ce que c'est sécuritaire de visiter la ville en cette période (2017-2018) ?

Oumou lagathe
Répondre

Assez passionnant qui se termine par un sourire aux lèvres #le treizième condiment

Yattara Kongho
Répondre

Très bonne initiative chère sœur Sadya Toure je suis aussi d'origine Tombouctienne. Je suis émerveille de voir que beaucoup s'intéressent à l'histoire de ma ville . J'aurai aime être au lancement du livre " Être une femme ambitieuse au Mali" mais hélas. Sadya Toure tu fait la fierté de ta ville TOMBOUCTOU de ton pays le MALI et surtout tu es un exemple à suivre pour ses femmes qui on peur d'agir.. Mes salutations KONGHO YATTARA.